Ce qu’il faut savoir pour tomber enceinte naturellement

Au cours des quelques dernières années, le nombre de couples peinant à avoir un enfant a considérablement augmenté.

Je ne sais pas exactement à quoi attribuer ce phénomène, entre le téléphone portable dans la poche de monsieur, l’eau du robinet remplie d’hormones féminines, l’alimentation hypertoxique de madame et les ravages de contraceptifs hormonaux, il y a le choix. Le couple 2.0 que mentionnait Fabienne Beguerie dans sa récente émission sur les contraceptifs n’a plus grandes chances de concevoir naturellement, et à ce train là l’être humain ne pourra plus se reproduire sans intervention médicale d’ici quelques dizaines d’années.

Malheureusement, beaucoup de couples se tournent vers des méthodes assez invasives et perturbantes pour enfin parvenir à concevoir et à mener la grossesse à terme, alors qu’il existe de merveilleuses méthodes 100% naturelles qui permettent de tomber et rester enceinte naturellement.

Le bon timing

Certains couples passent des années à essayer d’avoir un enfant et finissent par se croire infertiles ou “incompatibles”alors qu’il s’agit tout simplement d’un problème de timing. Une femme ne peut tomber enceinte que 6 jours par mois: le jour de l’ovulation et les 5 jours la précédant.

Il est statistiquement tout à fait possible de faire l’amour pendant des années au “mauvais” moment, surtout si l’on a plus de 30 ans et que la glaire cervicale fertile nécessaire à la survie des spermatozoïdes dans le corps de la femme n’est plus aussi efficace qu’à 20 ans. Même un rapport ayant lieu à J – 4 avant l’ovulation ne mène pas toujours à une grossesse. Les chances restent donc limitées.

Il est pri-mor-dial de savoir où l’on en est dans son cycle afin de pouvoir planifier un rapport au bon moment, c’est à dire dans les deux ou trois jours avant l’ovulation. Un merveilleux appareil pour cela est le moniteur de fertilité Lady-Comp baby qui permet non seulement d’analyser vos cycles et de savoir à quel moment vous êtes le plus fertile, mais aussi de calculer votre taux de progestérone qui vous permet d’éviter une fausse couche.

Avec cet appareil, vous pouvez savoir chaque matin si vous êtes proche de l’ovulation et entrer vos rapports sexuels dans l’appareil afin que le moniteur puisse calculer si vous avez réussi à atteindre le moment clé ou pas.

Dès 5 jours après l’ovulation, Lady-Comp baby vous donne une estimation en vous indiquant si vous êtes possiblement enceinte. 15 jours après, il confirme que vous êtes très probablement enceinte puis certainement enceinte après 18 jours. Il suffit de prendre votre température chaque matin grâce à une petite sonde intégrée et le moniteur vous indique immédiatement une lumière de couleur (rouge = fertile, jaune = incertain, vert = infertile).

Certes le moniteur de fertilité n’est pas donné, mais une fois acheté il sert aussi dans l’autre sens c’est-à-dire pour éviter une grossesse de manière 100% naturelle et fiable à 99,3% – pas mal!

Il y a des options de paiement différé assez confortables et on garde l’appareil pendant des années. C’est un investissement qui vaut la peine, il n’est pas si inabordable que ça quand on pense à tout l’argent dépensé en vêtements, maquillage, téléphones dernier cri et petits restos!

Le bon mix d’hormones

Pour que la fécondation ait lieu, le corps a besoin de fabriquer un mélange équilibré d’hormones lui permettant de mettre à disposition un ovule mûr, de fabriquer une glaire cervicale fertile, de transformer l’utérus en petit nid douillet etc.

La FSH

L’Hormone Folliculo-Stmulante est fabriquée par l’hypophyse elle-même cachée quelque part dans le cerveau. C’est elle qui stimule les ovaires afin qu’ils fassent mûrir les ovules. Il y a un ovule non développé dans chaque follicule (cavité des ovaires), nécessitant la FSH pour se développer.

La FSH permet aussi la sécrétion d’oestrogène, très peu présent au début des règles et augmentant petit à petit.Même si plusieurs follicules commencent à se développer, l’un d’entre eux devient “dominant” et fait mûrir un ovule. Celui-ci grossit. Pendant ce temps, l’œstrogène travaille dur à épaissir la muqueuse utérine et à la remplir de nutriments au cas où un petit être viendrait s’installer.

L’oestrogène transforme la qualité de la glaire cervicale qui devient plus claire et visqueuse, terrain de glisse idéal pour les spermatozoïdes pouvant y survivre plusieurs jours (il y a des provisions dedans).

L’oestrogène

Pour tomber enceinte, il faut bien sûr ovuler. Pour ovuler, il faut que le corps produise un cocktail d’hormones assez précis. Le taux d’oestrogènes augmente doucement jusqu’à atteindre la quantité parfaite pour ovuler.

Une femme a besoin de 20% de masse graisseuse pour pouvoir produire assez d’oestrogène. C’est pourquoi les femmes très sportives ou très minces ont parfois des difficultés à tomber enceinte. Il convient d’adopter un régime alimentaire adapté et de choisir une activité physique qui convient à notre corps.

Le corps considère que l’ovulation n’est pas une fonction vitale – si vous n’ovulez pas, vous continuez à vivre! Il décide donc de stopper le processus d’ovulation dès que d’autres soucis l’assaillent. Une femme soumise à un stress (professionnel, personnel, physique etc.), sous alimentée, ou malade verra son ovulation retardée ou supprimée. Le corps a d’autres chats à fouetter. 

La LH

L’oestrogène ayant bien travaillé à préparer le terrain va dans un dernier effort déclencher une sécrétion soudaine d’hormone lutéinisante (LH). On appelle ça le pic de LH. Ce pic entraîne la rupture du follicule et la libération de l’ovule qui entame alors son petit voyages dans les trompes de Fallope – c’est ça l’ovulation. L’ovule continue sa petite randonnée jusqu’à l’utérus. Il ne peut vivre que 24h grand maximum. 

Les couples pensent souvent faire l’amour et concevoir à ce même moment, de manière tout à fait romantique et magnifique. En vrai, les spermatozoïdes résultant d’un rapport sexuel sont installés dans la glaire cervicale à glisser de ça de là en se nourrissant pour survivre quand soudain, la femme ovule. C’est LA qu’elle tombe enceinte. C’est-à-dire en faisant la vaisselle ou en appliquant son liner – rien de plus pragmatique. Encore faut il que le corps soit bien préparé pour pouvoir rester enceinte et éviter la fausse couche, l’hormone star devient alors la progestérone. 

La progestérone

Dès l’ovulation, le follicule se transforme en corps jaune. Son travail à présent sera de produire de la progestérone. Celle-ci va renforcer la muqueuse utérine pour accueillir le petit être. Si l’ovule est fécondé, il réussira à s’implanter dans la muqueuse utérine environ une semaine après la fécondation. Youpi! Le corps commence alors à produire la gonadotrophine chorionique humaine (hCG) qui maintient l’action du corps jaune jusqu’à ce que le placenta soit assez costaud pour se débrouiller seul.

Avant cela, il est primordial de ne pas manquer de progestérone. Ce qu’on appelle déficience du corps jaune (c’est-à-dire que celui-ci ne fait pas son job de production de progestérone correctement) est la cause de bien des fausses couches (pendant les trois premiers mois de grossesse).

La progestérone étant une hormone “chaude”, le fait de prendre sa température permet de vérifier que l’on a assez de progestérone pour soutenir la grossesse. Si tel n’est pas le cas, il existe en naturopathie des méthodes 100% naturelles pouvant vous aider à rééquilibrer vos hormones. N’hésitez pas à me contacter en bas de page pour en savoir plus. 

La prolactine

Vous avez dû entendre parler de la prolactinel’hormone des mamans qui allaitent. L’élévation de prolactine permet de bloquer l’ovulation, car la nature est bien faite et sait que tant qu’on allaite, on n’est pas trop dans le délire de retomber enceinte (même si l’allaitement n’est pas un contraceptif fiable sauf si vous vous y connaissez bien en MAMA).

Inutile de dire qu’une femme souhaitant tomber enceinte doit éviter absolument de faire lever ses taux de prolactine. La consommation de café, alcool et tabac – même modérée – augmente la concentration de prolactine et peut stopper l’ovulation.

Une femme consommant seulement une tasse de café par jour a deux fois moins de chances de tomber enceinte. Sachant qu’une jeune femme n’a déjà que 20% de chances de tomber enceinte à chaque cycle, il ne reste plus grand chose! C’est aussi le cas pour les antidépresseurs et la marijuana.

Le bon menu

Oui, on en parle dans tous les magazines et oui, beaucoup croient à un coup de mode – mais le gluten est certainement le coupable number one des problèmes d’infertilité en matière l’alimentation. D’ailleurs, on remarque que l’intolérance au gluten diagnostiquée et l’infertilité sont liées. La maladie coeliaque est aussi mise en relation avec les fausses couches à répétition. Pourquoi? Le gluten tout simplement empêche l’absorption de nutriments essentiels à la grossesse tels que le zinc, le fer et l’acide folique. Comment? En créant une espèce de glue qui tapisse toute notre paroi intestinale – là où les nutriments sont censés être assimilés – empêchant donc le passage dans le sang.

Faut-il donc stopper complètement le gluten? Pas forcément. Il arrive très souvent qu’une femme réduise son apport de seulement 50% pour arriver enfin à tomber enceinte. Et cela est plus simple que ça en a l’air! Je ne recommande pas du tout les produits “sans gluten” du super marché qui coûtent très cher et ne sont pas bons pour la santé. Mais vous pouvez remplacer les pâtes par du riz, du quinoa, des pommes de terre sans entamer votre budget le moins du monde!

Le second coupable est sans aucun doute le sucre. Il existe un lien de corrélation indéniable entre l’infertilité féminine et la résistance à l’insuline. Un taux de sucre trop élevé dans le sang perturbe le fonctionnement de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien et par conséquent empêche un bon équilibre hormonal. Le régime idéal pour tomber enceinte supprimer complètement les sucres raffinés et les remplace par des glucides complets.

N’hésitez pas à me contacter pour obtenir votre “food plan” pré-grossesse personnalisé qui vous aidera à tomber enceinte naturellement grâce à une alimentation équilibrée et adaptée. 

Shares 0

Write a comment