Pour ou contre le co-dodo?

Le co-dodo (ou “co-sleeping”), consiste à accueillir bébé dans le lit avec papa et maman pendant les premiers mois de sa vie, particulièrement si il est allaité.

Cette démarche, très en vogue aux USA mais aussi très critiquée, fait parler d’elle. J’ai allaité Yaya pendant environ 3 mois et elle a dormi dans notre lit pendant toute cette période.

Je ne connaissais rien du tout du “co-dodo”, de ses avantages ou de ses inconvénients, c’est juste venu naturellement. A la maternité, Yaya et moi dormions ensemble et en rentrant à la maison, je n’ai pas eu envie de la mettre dans son berceau. Elle dormait tantôt blottie dans mes bras, tantôt sur la poitrine de son papa (nous ne savions pas encore que bébé devait dormir du côté de maman et pas de papa!)

Le co-dodo accusé de causer la mort subite du nourrisson 

Je me souviens d’une nuit ou j’allaitais Yaya dans notre lit. J’avais toujours à côté de moi quelques livres ou magasines pour me tenir compagnie pendant qu’elle buvait (je ne savais pas encore que je pouvais allaiter allongée sans me réveiller complètement!).  Je lisais donc un quelconque magazine pour jeune parents lorsque je suis tombée sur une image qui m’a traumatisée. Il s’agissait d’une campagne américaine “anti co-dodo”, supposée mettre en garde les parents ignares qui s’y essaieraient. 

danger

Cette image m’a tellement choquée que je n’ai plus pu me rendormir avec Yaya dans notre lit. Je me suis sentie bête, coupable et inconsciente. J’ai essayé de la mettre dans son berceau, mais évidemment, elle ne voulait pas en entendre parler. Je suis donc restée éveillée avec mon bébé dans les bras jusqu’au petit matin, où j’ai décidé de mener l’enquête. 

Les recommandations actuelles sont très claires: ne jamais prendre son enfant dans son lit. JA-MAIS. Le co-dodo est accusé d’être à l’origine de certains cas de mort subite du nourrisson.

Or d’après “Why babies should never sleep alone: a review of the co-sleeping par JJ McKenna et T McDale, la réponse au co-dodo ne serait pas si simple que cela.

Les auteurs s’attaquent à cette idée selon laquelle le co-dodo serait la cause de la mort subite du nourrisson. En effet, la plupart des enfants qui décèdent de MSN dans les pays occidentaux dormaient seuls.

“La majorité des décès inexpliqués ou des décès par suffocation qui surviennent chez des bébés dormant dans le lit d’un adulte surviennent dans des familles où existent d’autres facteurs de risque: pauvreté, tabagisme, non-allaitement, environnement dangereux (oreillers, matelas mou…), alcool ou drogue, sommeil du bébé près d’autres enfants ou près d’un adulte peu investi dans les soins à l’enfant.” 

Les chiffres sont d’autant plus faussés que tout décès d’un enfant dormant dans un lit d’adulte sera attribué au co-sommeil, alors que le berceau ne sera guère mis en cause pour tous les décès de bébés qui y surviennent.

Il semblerait même que le co-dodo soit en réalité un antidote efficace à la MSN. En effet, des études ont permis de constater que, même dans les stades les plus profonds du sommeil, les mères qui dormaient près de leur bébé se réveillaient plus souvent que les mères dont le bébé dormait seul. Il semble que la mère qui dort près de son bébé soit plus sensible à son état, pouvant donc détecter plus rapidement un problème chez lui.

Le co-dodo favorise l’allaitement 

Il faut noter que co-dodo est allaitement sont inséparables. En effet, la prise de conscience de l’importance de l’allaitement ces dernières années dans les pays occidentaux a été directement liée à une augmentation de la prévalence du co-sommeil.

Tout cela semble logique quand on voit que le sommeil de maman et de bébé est de bien meilleure qualité et plus long quand ils dorment ensemble (maman peut s’assoupir pendant que bébé tète, elle reste bien au chaud sous sa couette et n’a pas 50 allers/retours à faire entre le berceau et son lit pour allaiter bébé la nuit), mais aussi que la lactation de maman est bien plus abondante!

Le sommeil de bébé à travers le monde 

Les premières études sur le sommeil ont été effectuées sur des bébés nourris au biberon, et leurs caractéristiques de sommeil sont devenues le standard de sommeil pour tous les nourrissons.

Mais personne ne s’est vraiment interrogé sur le bien fondé de ce courant de pensée. Un simple coup d’œil à la nature (observation des grands primates notamment) ou encore aux cultures traditionnelles qui par “ignorance” respectent encore leurs besoins physiologiques les plus basiques, nous auraient fait faire marche arrière. 

Dans certaines civilisations en effet, dormir avec son bébé est tout à fait normal. En Chine, 90% des bébés de 3 mois dorment près de leur maman. Au Japon, 65% des bébés de 3 mois dorment dans la chambre de leurs parents. En Norvège et en Suède 50% des bébés de 3 mois dorment dans le même lit que leur maman. A noter, les pays nordiques pratiquent l’allaitement à la naissance à 99% ce qui en dit long sur leur mentalité parentale et leurs avancées concernant l’attachment parenting.

Dans le courant des années 1950, la pensée de l’Homme monsieur-je-sais-tout nous a fait faire fausse route. Depuis, les recommandations sur le sommeil des enfants sont devenues le reflet de nos convictions culturelles occidentales sur les conditions dans lesquelles les bébés doivent dormir pour ne pas interférer avec l’intimité et le sommeil des parents.

Rendre bébé indépendant à 2 mois

Un argument contre le co-dodo consiste à dire que les bébés doivent apprendre l’indépendance sous peine de devenir des enfants “collants” et capricieux. De ce point de vue, le « bon » bébé est celui qui dort seul toute la nuit, dans son lit à barreaux et lumière éteinte. On n’hésite pas pour arriver à cela à laisser pleurer bébé pour lui “apprendre” à s’endormir seul. Mais quelle aberration que de demander à un bébé nouveau-né d’être “indépendant”?

Et si la science moderne essaye de prouver que le fait de dormir seul permet à l’enfant de devenir rapidement « indépendant », des études montrent que c’est au contraire la pratique du co-sommeil qui favorise l’autonomie de l’enfant et la construction de sa confiance en soi et en la vie.

Les enfants qui s’endorment en paix et en se sachant en sécurité montrent pas ou très peu de symptômes d’angoisses de séparation. En toute honnêteté, les méthodes pour entraîner un bébé à dormir seul toute la nuit ont essentiellement pour objectif l’indépendance des parents, non celle de l’enfant.

Bien-sûr, il n’y a aucun jugement à porter sur les parents qui laissent leur bébé pleurer car ils n’en peuvent plus et n’ont pas dormi depuis des mois. Simplement, il serait plus judicieux et bénéfique pour tout le monde d’instaurer de bonnes habitudes de sommeil (routine du coucher etc.) dès le départ afin que tout le monde dorme bien, ensemble ou pas. 

Un choix personnel 

Il n’y a aucune raison d’affirmer que le bébé doit absolument dormir dans le lit parental, comme il n’y a aucune raison d’affirmer qu’il ne doit absolument pas y dormir. Tout dépend de la situation familiale et des désirs de chacun.

Mon point de vue sur la question: si tout le monde dort bien et que tout le monde est satisfait des arrangements de sommeil familiaux, tout va bien. Si bébé pleure parce qu’il est tout seul ou si papa pleure parce qu’il veut retrouver le lit conjugal, il faut réfléchir ensemble à une autre solution. 

Cela dit, je recommande personnellement le co-dodo durant toute la durée de l’allaitement. Quand bébé et maman seront prêt, le passage vers le lit tout seul se fera tout seul, sans pleurs ni angoisses. 

Que vous optiez pour le co-dodo ou le dodo en berceau, il vous faut absolument vous renseigner sur les consignes de sécurité. Voici 10 règles à respecter si vous choisissez de dormir avec votre bébé dans votre lit. 

Pour ce qui est de la promotion des campagnes anti “co-dodo”, je n’y vois qu’une manière de faire grandir la peur. Et la peur n’a pas de raison d’être, il suffit de s’informer, et de faire nos choix comme des grands! 

Shares 0

Write a comment