5 bonnes raisons de laisser son enfant se salir

Je suis plutôt du genre maniaque une place pour chaque chose et chaque chose à sa place. Quand il s’agit de notre appartement, je ne supporte pas le désordre et la saleté. On pourrait donc croire que j’ai le même TOC en ce qui concerne “l’aspect” de mes filles – mais pas du tout.

Je les laisse jouer dans les flaques, dans la boue, dans la terre, dans la peinture.

Je n’ai absolument aucun problème à les voir s’en mettre partout et s’en donner à coeur joie.

A table, j’ai abandonné depuis longtemps les bavoirs et autres serviettes qu’elles passaient de toute façon leur repas entier à essayer de s’arracher. Je les regarde s’étaler leur chocolat jusque dans les narines et se shampouiner avec le jus de pêche qui leur dégouline des mains – avec plaisir. 

J’ai décidé que je perdais plus de temps et d’énergie à les pourchasser avec des lingettes toute la journée et à les empêcher de se salir qu’à les faire tremper dans leur bain tous les soir en balançant leurs habits de la journée dans la corbeille.  

1 – S’amuser.

Il y a des règles à la maison. On n’a pas le droit de mettre le bronx n’importe où et à n’importe quel moment. J’essaye de faire régner dans chaque pièce un esprit Montessori de range ton jeu et balaye tes miettes. Dans un coin de la chambre, il y a un mini balai, un mini aspirateur pour le tapis et un spray au vinaigre pour nettoyer. Les filles y ont accès et vont chercher leurs petits ustensiles lorsqu’elles le jugent utile.

Je considère que l’ordre et la propreté sont importants pour une circulation optimale de l’énergie à la maison et particulièrement dans leur chambre. Comme je ne tolère pas beaucoup d’écarts à l’intérieur, j’aime savoir qu’elles ont droit à leur petit moment “cracra” où elles en profitent à fond.

Je contrebalance un peu les règles de rangement avec une grande liberté de patouillage. Hier, je suis allée leur offrir une glace au chocolat – 100% sans lactose ni sucre bien sûr – sur la place du village. Avec cette chaleur, la glace leur coulait des doigts et leurs robes étaientt transfigurées. Elles en avaient absolument par-tout. Mais elles étaient ravies, mortes de rire et très fières d’avoir mangé leurs glaces toutes seules. Je les ai rincées vite fait dans la fontaine et c’était réglé.

2 – Soutenir le développement sensoriel.

Les jeunes enfants adorent la terre, le sable, l’eau. C’est parce qu’ils sentent que ces éléments les aident à grandir, à s’ancrer et à développer leur sensibilité et à soutenir la croissance de leur cerveau. Sur le balcon, il y a un peu des trois, de quoi aller patouiller quand elles en ressentent le besoin.

Le fait d’écouter les bruits de dehors, le vent, les oiseaux, les insectes ainsi que l’eau qui coule, la boue qui splosh, permet de stimuler leur attention au détail. Les différentes sensations de toucher que fournit la nature sont très constructrices pour l’enfant.

Proposez lui des galets, cailloux, feuilles mortes, brindilles etc. pour varier les textures. Il pourra observer comment elles se mélangent ensemble, se transforment, s’écrabouillent ou se cassent et en apprendront bien plus sur la vie qu’en jouant à angry birds sur l’iPad de papa. 

Elles peuvent jouer avec du sable et de l’eau pendant une heure et ça ne me prend que 5 minutes de balayer le sable devant la porte. D’un point de vue énergétique, laisser les enfants jouer avec des matières naturelles permet de renforcer leur force vitale guérison. Je préfère que mes filles passent leur temps en compagnie de vers de terre qu’entourée d’écrans et de jouets multicolores en plastique. 

3 – Développer la conscience du “moi”.

Le fait de jouer librement avec des matières salissantes permet à l’enfant de trouver ses propres limites en matière de saleté sans être mentalement emprisonné par la peur de décevoir papa et maman en s’en mettant partout. L’enfant qui n’a pas “le droit” de se salir aura une envie très forte d’exagérer la saleté dès qu’on ne le regardera pas.

Au contraire, celui à qui l’on propose régulièrement des activités salissantes saura s’arrêter dès qu’il ne s’amusera plus sans être contrôlé par le désir de braver l’interdit. 

La fin du jeu est une occasion extraordinaire pour enseigner à l’enfant le soin de soi. Il sera particulièrement réceptif à se laver lui-même de manière autonome et à aller mettre ses petits habits crados au panier de linge sale avant de filer au bain.

Pendant la session de jeu, laissez à proximité un seau d’eau propre et des petits chiffons en lui expliquant qu’il peut s’il le souhaite s’essuyer à n’importe quel moment. Cela développe la conscience de son corps et lui permet de ressentir lui-même le besoin de retourner à un état de propreté.

4 – Renforcer le microbiote.

Le fait de jouer dans la terre et de s’en mettre partout est très bénéfique pour le développement du microbiote. Les enfants trop “propres” que l’on désinfecte toutes les deux minutes ont un système immunitaire bien plus faible que ceux qui s’en mettent partout et risquent de développer des maladies auto-immunes à l’âge adulte. David P. Strachan est celui qui a soulevé l’hypothèse que l’hygiène excessive serait néfaste pour la santé.

Il fait le lien entre les familles de moins en moins nombreuses et l’augmentation considérable des allergies chez les enfants. Les bébés de moins en moins exposés aux germes pathogènes de leurs aînés cracras auraient une flore intestinale bien moins forte qu’il y a un siècle! 

Si vous jardinez avec votre enfant, laissez le jouer avec la terre et donnez lui de l’eau pour qu’il puisse faire de la boue. En Angleterre, ce concept est très répandu et toutes les écoles et crèches ont un coin de la cour dédié à la boue. Ces Mud Kitchens  permettent aux enfants de “cuisiner” la terre avec de vrais ustensiles de cuisine, inutile de vous dire qu’ils s’en donnent à coeur joie! Vous pouvez réaliser votre propre Mud Kitchen à la maison (plutôt dans le jardin!) et laisser vos enfants y passer des heures qu’il pleuve ou qu’il vente!

5 – Se dire que c’est temporaire.

Un jour, elles ne se saliront plus. Elles mangeront proprement. Un jour, elles feront leur propre lessive. Bref, pas de quoi stresser sur leurs vêtements que je lave de toute façon tous les jours, que je les mette à la machine sales ou très sales ne fait aucune différence pour moi.

Bien sûr, je ne leur mettrais pas leurs jolis ensembles Catimini offerts par papy pour faire de la peinture dehors, mais elles auront bien le temps de faire les belles plus tard. Pour l’instant, je mise sur des vêtements qui ne craignent rien et qui se lavent facilement.

C’est maintenant qu’elles peuvent s’éclater à se rouler dans la terre après la pluie et pas quand elles auront 15 ans (même si je les encouragerai vivement à se moquer du regard réprobateur des passants). Il y a un temps pour tout et je considère que l’enfance est faite pour apprendre à VIVRE. Et surtout pas à faire attention. 

Prêts à vous en mettre partout avec vos enfants? Retrouvez mes astuces et DIY naturels pour nettoyer et faire la lessive sans produits chimiques! 

 

Shares 0

Write a comment